Offre de thèse de doctorat

Retour

Lieu : Laboratoire du Futur, LOF UMR CNRS/Univ.
Bordeaux/Solvay n°5258, 178 avenue du Docteur Schweitzer, 33608 Pessac, FRANCE.

Date : Septembre/Octobre 2021 (3 ans)

Contexte : Ce travail de thèse sera effectué au Laboratoire du Futur, une UMR CNRS-Solvay à Pessac (LOF UMR 5258), sous la direction de Yaocihuatl Medina-Gonzalez (CR CNRS) et de Jean-Baptiste Salmon (DR CNRS), cette thèse sera financée par l’Université de Bordeaux.

Profil : Nous recherchons un(e) candidat(e) avec une expertise en Génie Chimique. De l’expérience en microfluidique serait un plus ainsi que la maîtrise d’un langage de programmation tel que Matlab ou Python. De bonnes capacités de travail en équipe dans des projets multidisciplinaires sont nécessaires.

Salaire : 2100 € brut par mois.

Langues : Français et/ou un bon niveau d’anglais (écrit et parlé).

Description du projet:

En génie des procédés, le contrôle et l’optimisation des propriétés de transport (et de solubilité) d’un milieu solvant motive une expertise appelée Ingénierie des Solvants. Cette ingénierie peut avoir un impact dans des domaines aussi variés que le développement de procédés chimiques « verts » ou de procédés mettant en jeu des systèmes réactifs stimulables. Les solvants à hydrophilie commutable (switchable hydrophilicity solvents (SHS)) notamment en réponse à du CO2 (CO2-SHS) représentent une façon élégante de changer les propriétés d’un solvant de manière réversible. L’utilisation de CO2-SHS optimisent par exemple dans des procédés où l’utilisation de différents solvants rend le procédé non écologique (et très consommateur d’énergie) : entre autres, les extractions séquentielles hautement sélectives, les systèmes catalytiques et la préparation de matériaux avancés.

Dans ce contexte, l’objectif de ce projet de thèse est de développer une ingénierie des solvants avec des solvants CO2-SHS dans des dispositifs microfluidiques afin 1) de caractériser les propriétés de solubilité et de transport de ces systèmes en flux continu (changement hydrophilie/hydrophobie, viscosité, coefficients de diffusion des solutés…) 2) d’optimiser leur mise en oeuvre en flux continu pour développer leurs applications spécifiques dans des procédés de séparations, dans la préparation d’émulsions et/ou de revêtements.

Contacts :

Pour candidater, envoyer un CV et une lettre de motivation à yaocihuatl.medina-gonzalez@u-bordeaux.fr, yaocihuatl.medinagonzalez-ext@solvay.fr