Micro et millifluidique

Les technologies de microfabrication offrent de réaliser des systèmes fluidiques à l’échelle de 10 µm. Pour enrichir la gamme des systèmes fluidiques, nous exploitons aussi la millifluidique jusqu’à des taille typiques du mm. Ces réseaux fluidiques intègrent plusieurs fonctionnalités (dilution, concentration, chauffe, mesure de température, …

Un des enjeux majeurs de notre activité consiste à générer des trains de gouttes (volume du nL au µL) servant de microréacteur pour la chimie. Ainsi, l’équivalence temps / espace permet d’associer le temps de vol d’une goutte au temps de réaction chimique et de suivre ou d’optimiser une réaction chimique. Plusieurs problématiques interviennent : mélange des réactifs, analyse in situ, … Nous utilisons également les microsystèmes pour le criblage systématique des diagrammes de phase, pour étudier les propriétés rhéologiques de systèmes physico-chimiques, et pour des études cinétiques du type cristallisation, procédé sol/gel, transfert de phase, etc.

Microfluidique: La plupart des systèmes que nous utilisons sont réalisés au LOF par des techniques classiques de photolithographie douce et moulage PDMS. Ils offrent de réaliser des réseaux complexes (avec fonctionnalités intégrées) à l’échelle typique de 10 µm. Nous exploitons aussi les techniques d’attaque humide pour graver le verre,
et faisons appel à des sous-traitants pour réaliser des prototypes dans d’autres matériaux polymériques.

Millifluidique: Lorsque les pertes de charge deviennent trop importantes (comme dans le cas de fluides très visqueux, ou de systèmes très longs pour obtenir des temps de résidence grands) il devient avantageux d’augmenter la taille des systèmes fluidiques jusqu’au mm typiquement. Par des technologies type plug and play, propriétaires ou développées au LOF, nous exploitons donc la millifluidique et toute la facilité de mise en oeuvre pour l’étude de réactions chimiques ou encore la mise en forme in situ de matériaux originaux.