Effets de masse et de surface en adhésion et en mouillage

Des simples observations quotidiennes, telles que le mouillage d’une fenêtre par une goutte de pluie ou le « rampement » d’un film d’huile sur une surface métallique restent seulement partiellement comprises. Nous considérons des aspects de l’étalement des liquides apprécié depuis peu de temps.

L’équilibre de Young à la ligne triple néglige totalement la force perpendiculaire à la surface solide. Lorsque l’on en tient compte, l’on trouve une déformation du solide de l’ordre de ??/G (? = tension superficielle du liquide, G = module de cisaillement du solide), qui est à peine visible, même sur un solide mou. Toutefois, cette déformation peut avoir des effets profonds sur la cinétique du mouillage. Une comparaison directe entre la dynamique du mouillage et celle de l’adhésion en découle. La vitesse d’étalement peut être contrôlée par des propriétés viscoélastiques du solide, ouvrant la voie pour une « ingénierie du mouillage », potentiellement utile pour applications de micro-fluidiques ou médecine.